A quand une reconnaissance du rôle fondamental des enseignants ?

Enseignants désabusés, manque de vocations, salaires insuffisants, formations pauvres et reconnaissance sociale en berne. Partout (ou presque), la vocation « enseignant » ne séduit plus. A l’occasion de la Journée Mondiale des Enseignants (5 octobre), Action Education appelle les gouvernements à reconnaître le rôle fondamental des enseignants et à leur accorder salaires et conditions de travail à la hauteur de leur mission et engagement.

Nombre de pays, du plus développés au moins avancés, prétendent aujourd’hui offrir à leurs enfants une éducation de qualité. Et pourtant rares sont ceux qui accordent reconnaissance et moyens aux chevilles ouvrières sur lesquelles reposent entièrement cet édifice. A savoir les enseignants.

Des conditions difficiles qui découragent

Dans les pays les moins avancés, les enseignants font face à des classes surchargées, sans matériel pédagogique, et prennent en charge pour des salaires de misère des élèves aux niveaux très hétérogènes et ne maîtrisant pas forcément la langue d’enseignement. Certains ont une formation initiale, d’autres non. Une étude de la Banque mondiale qui porte sur sept pays africains a montré que près d’un quart des instituteurs de primaire étaient incapables d’effectuer une simple soustraction et qu’un tiers d’entre eux ne savait pas faire une multiplication à deux chiffres. Selon la même étude, moins de 10 % des instituteurs ont acquis de bonnes pratiques pédagogiques. Ces conditions d’enseignement plus que délétères ne sont pas sans conséquence sur l’apprentissage des enfants, notamment sur les populations les plus vulnérables, et augmentent considérablement les risques de décrochage scolaire. Les enseignants des pays les plus développés sont certes mieux lotis, mais les conditions (formation, reconnaissance, salaires…) restent loin d’être adaptées pour dispenser une éducation de qualité.

Des réponses d’urgence qui révèle une méconnaissance du métier d’enseignant

Le manque d’enseignants, commun à toute l’Europe et aux Etats-Unis, pousse aujourd’hui les différents ministères de l’éducation, y compris le ministère de l’éducation nationale en France, à autoriser le recrutement à la va-vite d’enseignants peu voire pas formés. Une décision qui n’est pas sans conséquence lourde pour des générations entières. Recruter des enseignants sur le modèle des speed dating tout en leur offrant des formations d’une durée de 4 jours avant de faire leur première rentrée révèle une mauvaise compréhension du rôle fondamental d’un enseignant. Ce dernier ne se réduit pas à un livre ou un ordinateur, il ne transmet pas seulement un savoir factuel mais accompagne l’enfant dans la construction de ses savoir-faire et de ses savoir-être, dessine sa personnalité et fonde les bases de son avenir. C’est grâce à lui que l’élève s’ouvre au monde, développe sa curiosité et son esprit critique. La mission d’un enseignant est donc extrêmement ambitieuse et surtout lourde de responsabilités : un faux pas, un manque de connaissances ou de compétences pouvant conduire au rejet des apprentissages par les enfants, à des décrochages scolaires et compromettre ainsi leurs avenirs et celui des sociétés.

Formations, salaires et expertise

A l’occasion de la Journée mondiale des enseignants (5 octobre), Action Education tire la sonnette d’alarme : le manque d’enseignants aujourd’hui dans le monde pousse les Etats à intensifier le recrutement de contractuels peu et mal formés, favorisant ainsi des enseignements de mauvaise qualité qui auront sans conteste des répercussions majeures pour les plus jeunes. Il est plus que temps de renoncer aux réponses d’urgence pour construire des solutions plus pérennes et garantir un corps enseignant compétent et motivé. En commençant par proposer des formations initiales et continues de qualité, des salaires dignes des responsabilités qu’ils assument, des perspectives de développement de carrière. Plus encore, il est essentiel de reconnaître aux enseignants leurs expertises et savoir-faire et de les laisser être forces de proposition afin d’améliorer les systèmes éducatifs.

Sur le même thème :

fille du bénin - hygiène menstruelle

webinaire sur l’hygiène menstruelle au Bénin

Les règles sont encore aujourd'hui un sujet tabou dans les écoles au Bénin. Ainsi, l’arrivée des premières règles pour une fille entraine très souvent une baisse de la fréquentation scolaire. Action Education lutte depuis quelques années pour une éducation adéquate sur les menstruations dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest. Un webinaire a été organisé le mardi 22 novembre dernier autour de cette problématique. 

Lire la suite

petites filles inde projet ENLIGHT

Les crises multiples menacent l’avenir des enfants et du monde

Triste constat en cette 33ème Journée internationale des droits de l’enfant (20 novembre) : en dépit d’une forte mobilisation internationale au cours des trois dernières décennies, les enfants sont toujours les premières victimes des crises. Et l’avenir du monde s’en trouve sérieusement menacé. 

Lire la suite

Concert de soutien Education For Women Now

Concert de soutien pour l’éducation des filles

À l’occasion de la célébration de la Journée internationale des Droits des Filles (11 octobre), proclamée par les Nations Unies, Action Education a organisé, le 12 octobre dernier, un concert solidaire de musique classique interprété par le pianiste Christian Wachter.

Lire la suite

Valoriser la communauté éducative

Faire communauté éducative : place aux échanges le 30 novembre

Comment faire communauté éducative aujourd’hui et demain ? Action Education et ses partenaires répondront à cette question le 30 novembre prochain à la maison de l'Education du Val-d'Oise. Ce sera l'occasion de réfléchir à la cohérence et à l'articulation entre les différents acteurs qui jouent un rôle éducatif auprès des enfants, adolescents et jeunes.

Lire la suite

entrepreneuriat féminin au Burkina-Faso

La promotion de l’entrepreneuriat féminin au Burkina Faso

Action Education développe, avec le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), le projet FORSELF (Formation au Service du Leadership Féminin) à Ouagadougou. Le 12 septembre 2022, les équipes de l’association ont procédé à la remise des subventions dédiées au financement des plans d’affaires de 30 femmes participant au projet.

Lire la suite

Les projets liés :

fr_FR