Vietnam : Les toilettes scolaires hygiéniques favorisent une meilleure santé des enfants des zones rurales
5 mai 2022

Crédit photo: Christine Redmond

La construction de toilettes et d’installations pour se laver les mains dans les écoles primaires de la province vietnamienne de Hoa Binh permet à des élèves comme Mai Hoa d’acquérir de meilleures habitudes d’hygiène et d’avoir plus de chances de rester en bonne santé et de poursuivre leurs études.

Parmi les nombreux groupes ethniques minoritaires qui vivent dans la province verdoyante et montagneuse de Hoa Binh, dans le nord-ouest du Vietnam, se trouve Mai Hoa, une élève de dix ans. Si Hoa Binh est devenue une destination touristique de plus en plus populaire ces dernières années en raison de ses paysages pittoresques, sa situation rurale a posé de nombreux problèmes à ses habitants, dont Mai, notamment en termes d’accès à l’eau et aux installations sanitaires. 

Un accès à l’eau inégal

Dans le village de Sơn Phú, où vit Mai, l’absence de routes pavées autour de l’école primaire a fait que les toilettes extérieures de l’école sont devenues extrêmement boueuses pendant la saison des moussons et que les enfants n’ont pas eu accès à de l’eau et à des installations sanitaires appropriées. Selon l’UNICEF, un accès inadéquat à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène (WASH) comme celui-ci reste un problème majeur pour de nombreux enfants des zones rurales du Vietnam. 

Si le Vietnam a atteint des progrès significatifs en matière d’amélioration de l’assainissement de l’eau et de l’hygiène en milieu rural au cours de la dernière décennie, les progrès en matière d’assainissement et d’hygiène restent lents avec des disparités en fonction de la situation géographique, de l’ethnie et du statut social. Selon une recherche de 2018, les disparités entre les groupes ethniques sont perceptibles avec 26,8 % des groupes ethniques minoritaires déféquant en plein air contre 2,4 % parmi les ménages de la majorité ethnique Kinh/Hoa.

Menace pour la santé et l’éducation

Lường Thị Cảnh, mère de deux enfants et habitante du village de Sơn Phú, explique que sans toilettes à la maison, sa famille n’a d’autre choix que de déféquer dans le jardin. Son mari se remet actuellement d’un hématome cérébral et ses problèmes de santé font qu’il ne peut plus travailler autant qu’avant. « Nous n’avons pas de toilettes parce qu’il n’y a pas d’argent pour en construire, explique Thị Cản.Mon mari et moi essayons d’économiser de l’argent mais il y a juste assez d’argent pour construire une maison, toute la famille doit faire ces choses [déféquer] dans le jardin. »

Sans accès à des toilettes à la maison, pour certains enfants, l’école est leur seul accès à des toilettes hygiéniques. Cependant, lorsque les écoles ne disposent pas non plus d’installations sanitaires adéquates, cela peut contribuer à de mauvais résultats d’apprentissage, à l’absentéisme scolaire et à un risque accru de maladies diarrhéiques – qui sont l’une des dix principales causes de décès dans le monde selon l’Université d’Oxford, et représentent 12 % des décès d’enfants de moins de cinq ans au Vietnam.

« S’il n’y a pas de toilettes, il n’y aura pas d’endroit pour aller aux toilettes. La mauvaise odeur affectera l’environnement, et notre santé aussi », explique Mai.

Si l’enseignante de Mai, Nguyễn Thị Thanh Phương, partage le point de vue de son élève, elle souligne également que les écoles ont besoin de plus d’une toilette hygiénique. « Comme l’école est bondée d’élèves, les toilettes sont souvent bouchées à cause de la surcharge », explique-t-elle.

Des installations adéquates pour le lavage des mains sont également essentielles, affirme Phương, qui rappelle toujours à ses élèves que se laver les mains avec de l’eau et du savon est l’un des moyens les plus efficaces de prévenir les maladies et la propagation des infections

« Sans zone de lavage des mains, nos mains seront sales lorsque nous jouerons, puis nous mangerons avec des mains sales, ce qui provoquera des maux d’estomac. Les mains sales qui écrivent rendront également les livres sales, les bactéries se propageront facilement, en particulier le Covid-19 », explique Mai, lorsqu’on lui demande pourquoi il est important d’avoir des lavabos à l’école. 

Construction de toilettes et stations de lavage des mains

En 2020, Aide et Action a soutenu la construction de 2 toilettes et 5 stations de lavage des mains dans l’école de Mai, permettant ainsi à 523 élèves de l’école primaire et 65 enseignants d’avoir un meilleur accès à l’eau, à l’hygiène et aux installations sanitaires. Les nouvelles toilettes et les stations de lavage des mains ont été un tournant pour la plupart des enfants, conduisant au développement de nouvelles habitudes hygiéniques pour mieux protéger leur santé depuis lors.

« Maintenant qu’il y a une zone de lavage des mains, les enseignants nous ont appris à nous laver les mains. Il y a aussi des panneaux sur le mur avec des instructions sur la façon de se laver les mains. Nous faisons également attention à bien nous laver les mains en suivant les instructions. »

Mai aime aller à l’école où elle peut rencontrer ses amis et étudier sa matière préférée, l’art. Un jour, elle rêve de devenir médecin pour pouvoir consacrer sa vie à soigner les autres. Espérons qu’avec l’accès à une éducation de qualité et à de meilleures installations d’eau, de santé et d’assainissement, Mai pourra rester à l’école et réaliser son rêve.

Sur le même thème :

No Results Found

The posts you requested could not be found. Try changing your module settings or create some new posts.

Les projets liés :

fr_FR