Pour les filles déscolarisées, une école de la deuxième chance au Burkina Faso

Crédit photo: Aide et Action

Au Burkina Faso, de nombreuses filles déscolarisées ou non scolarisées sont contraintes d’effectuer des tâches domestiques ou de travailler. Aide et Action, en partenariat avec la Fondation L’Occitane, leur propose, avec le projet SCOLFILLE, une mise à niveau accélérée et une réintégration dans le système d’éducation classique.

Le manque de moyens de ses parents pour payer l’école est la raison de l’interruption de la scolarité de Suzanne Kalai. Native du village de Bozo dans la région Centre-Ouest du Burkina Faso, elle a été inscrite à l’école primaire publique qu’elle a fréquentée jusqu’en classe de CE1. « J’ai dû quitter l’école parce que mon père m’a dit qu’il n’avait pas les moyens pour payer les frais », précise Suzanne. Une fois sa scolarité interrompue, Suzanne aide sa mère dans les tâches domestiques. « Quand j’ai quitté l’école, j’ai aidé ma mère à laver les assiettes, chercher l’eau au puits, laver les habits et faire la cuisine », témoigne-t-elle. Sa mère immigre au Ghana avec Suzanne, à la recherche d’opportunités génératrices de revenus. Elle s’investit dans la restauration.  « Je suis partie en 2021 au Ghana avec ma mère pour l’aider à vendre de la nourriture. Je suis revenue fin 2021 au moment où le centre SCOLFILLE ouvrait », dit-elle. Son père est sensibilisé et décide d’inscrire Suzanne au centre. « C’est mon père qui m’a dit de venir au centre parce qu’on ne paie pas de frais. Je suis contente de retourner à l’école. A la dernière composition, j’ai été troisième de ma classe. Je veux être maitresse pour aider les enfants à l’école », ajoute Suzanne.

Sans école, presque aucune chance de sortir de la pauvreté

Comme Suzanne, de très nombreuses filles au Burkina Faso ne vont pas à l’école, principalement à cause de la pauvreté, des mariages précoces et des discriminations sexistes. Sans école, elles n’ont presque aucune chance de sortir de la pauvreté. Une fois déscolarisées, elles sont souvent utilisées comme aides familiales pour des travaux domestiques ou astreintes au travail forcé. Elles entrent alors à leur tour dans le cercle vicieux de la pauvreté, sans possibilité d’en sortir.

Le projet SCOLFILLE (Appui à la Scolarisation des Filles) d’Aide et Action intervient dans deux provinces du Burkina Fasso (le Ziro et la Sissili). Grâce à un programme accéléré dispensé au sein de classes passerelles, les participantes rattrapent leur retard puis rejoignent le système scolaire classique pour poursuivre leurs études. L’apprentissage se concentre sur les matières essentielles (lecture et calcul), ainsi que sur les connaissances leur permettant de renforcer leur confiance en elles. Les frais de scolarité sont pris en charge et un soutien à la restauration des élèves est apporté. En parallèle, des actions de sensibilisation sont effectuées auprès des parents et des leaders communautaires. Petit à petit, grâce à la participation de plus en plus active des communautés, la perception socioculturelle de l’éducation des filles s’améliore.

Le projet SCOLFILLE fait partie intégrante du mouvement Education For Women Now initié par Aide et Action dont le but est de permettre à 3 millions de filles et de femmes, parmi les plus vulnérables et marginalisées, d’avoir enfin accès, d’ici à 2025, à une éducation de qualité en Afrique, en Asie et en Europe.

Sur le même thème :

fille du bénin - hygiène menstruelle

webinaire sur l’hygiène menstruelle au Bénin

Les règles sont encore aujourd'hui un sujet tabou dans les écoles au Bénin. Ainsi, l’arrivée des premières règles pour une fille entraine très souvent une baisse de la fréquentation scolaire. Action Education lutte depuis quelques années pour une éducation adéquate sur les menstruations dans ce pays de l'Afrique de l'Ouest. Un webinaire a été organisé le mardi 22 novembre dernier autour de cette problématique. 

Lire la suite

petites filles inde projet ENLIGHT

Les crises multiples menacent l’avenir des enfants et du monde

Triste constat en cette 33ème Journée internationale des droits de l’enfant (20 novembre) : en dépit d’une forte mobilisation internationale au cours des trois dernières décennies, les enfants sont toujours les premières victimes des crises. Et l’avenir du monde s’en trouve sérieusement menacé. 

Lire la suite

Concert de soutien Education For Women Now

Concert de soutien pour l’éducation des filles

À l’occasion de la célébration de la Journée internationale des Droits des Filles (11 octobre), proclamée par les Nations Unies, Action Education a organisé, le 12 octobre dernier, un concert solidaire de musique classique interprété par le pianiste Christian Wachter.

Lire la suite

Valoriser la communauté éducative

Faire communauté éducative : place aux échanges le 30 novembre

Comment faire communauté éducative aujourd’hui et demain ? Action Education et ses partenaires répondront à cette question le 30 novembre prochain à la maison de l'Education du Val-d'Oise. Ce sera l'occasion de réfléchir à la cohérence et à l'articulation entre les différents acteurs qui jouent un rôle éducatif auprès des enfants, adolescents et jeunes.

Lire la suite

entrepreneuriat féminin au Burkina-Faso

La promotion de l’entrepreneuriat féminin au Burkina Faso

Action Education développe, avec le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), le projet FORSELF (Formation au Service du Leadership Féminin) à Ouagadougou. Le 12 septembre 2022, les équipes de l’association ont procédé à la remise des subventions dédiées au financement des plans d’affaires de 30 femmes participant au projet.

Lire la suite

Les projets liés :

fr_FR