4 nouveaux centres pour les filles déscolarisées au Burkina Faso,

Crédit photo : Action Education Afrique

Alors que la violence se poursuit sans relâche au Burkina Faso, Action Education ouvre 4 nouveaux centres à la demande des communautés, pour donner une chance aux filles déscolarisées ou non scolarisées de retourner en classe.

 

Témoignage d’une fille bénéficiaire

 

jeune fille scolarisée dans un SSAP au Burkina Faso

jeune fille scolarisée dans un SSAP au Burkina Faso

Pafadnam Hadji est une jeune fille déplacée interne pour cause d’insécurité et n’a jamais été à l’école. Elle a été admise dans une classe passerelle du projet « Scolarisation des Filles » (SCOLFILLE) afin de pouvoir intégrer le système éducatif classique après une année d’apprentissage accéléré. Elle témoigne :

« C’est la première fois que je vais en classe dans une école. A la composition, j’ai été troisième de la classe. Je suis contente et je vais continuer à apprendre les leçons. Nous avons quitté notre village, Kiri, vers Kaya [centre nord du Burkina Faso] à cause des attaques dans les villages. Nous sommes 19 personnes venues de Kiri. C’est mon oncle qui nous a amené à Sapouy. Mon papa n’est pas là et je ne sais pas où il est actuellement.  Ma mère est avec nous ici à Sapouy. Avant mon inscription, j’aidais ma mère et les femmes de mon oncle à faire les travaux à la maison (vaisselle, linge, eau, cuisine). J’aime l’école et je veux continuer à y aller. J’aime toutes les matières. Je veux devenir institutrice plus tard pour aider les enfants ».

4 nouveaux centres pour les filles déscolarisées

infographie situation éducation au Burkina

Après l’expérience concluante du projet SCOLFILLE sur l’année scolaire 2021-2022, Action Education va ouvrir 4 nouveaux centres qui accueilleront 102 élèves dans les provinces du Ziro et de la Sissili. Le Burkina Faso fait face à une situation humanitaire et sécuritaire sans précédent. La dégradation de la sécurité a entrainé des déplacements internes de près de 2 millions de personnes, dont plus de 80% sont des femmes et des enfants. Près de 40% de la population est affectée par la fermeture de services sociaux de base et l’absence de services étatiques. En fin d’année 2022, plus de 6 200 écoles étaient fermées pour cause d’insécurité. Le projet SCOLFILLE permet à des jeunes filles de la région du Centre-Ouest du pays, dont certaines sont des déplacées internes pour cause d’insécurité, de rattraper leur retard puis de rejoindre le système scolaire classique pour poursuivre leurs études. 

 

Plus d’informations 

Les projets liés :

fr_FR