“Mettons fin à l’inhumanité aux frontières de l’Europe !”

31 janvier 2024

Plus de 75 ONG et organisations de la société civile, parmi lesquelles Action Education, ont uni leurs forces pour mettre sur pied une campagne intitulée “Stop the inhumanity at Europe’s Borders! ». Son objectif : faire en sorte que les droits fondamentaux des personnes parvenues aux frontières de l’Europe soient respectés.

 

Les frontières rendues infranchissables par les États européens

Clôtures de barbelés et blocus navals ; refoulements sur terre comme en mer ; châtiments corporels infligés par les gardes-frontières, des milices et des groupes d’autodéfense ; détention sans procès et confinement dans des camps sordides ; criminalisation des travailleurs humanitaires ; accords de déportation vers des États qui ne s’embarrassent pas des droits humains… Ce ne sont là que quelques-unes des méthodes employées par les États européens pour entraver et dissuader l’arrivée de réfugiés, de demandeurs d’asile et de migrants en provenance d’autres régions du monde.

 

La mobilisation des ONG et organisations de la société civile : “Mettons fin à l’inhumanité aux frontières de l’Europe !”

En réponse à cette situation inacceptable, plus de 75 ONG et organisations de la société civile, parmi lesquelles Action Education, ont uni leurs forces pour mettre sur pied “Stop the inhumanity at Europe’s Borders!”, une campagne coordonnée par le mouvement United Against Inhumanity (UAI), une organisation indépendante de plaidoyer créée par un groupe de travailleurs humanitaires expérimentés et d’anciens responsables de l’ONU.

La campagne est construite autour de 7 mesures, dont la mise en œuvre permettrait aux États européens et à l’Union européenne de garantir que les personnes parvenues aux frontières de l’Europe soient traitées de manière décente, juste et humaine, dans les respect de leurs droits fondamentaux. Ces 7 mesures sont :

  1. Arrêt des refoulements – Les États européens doivent immédiatement cesser de procéder à des refoulements et des expulsions sur terre et en mer et mettre fin à la pratique consistant à détenir des personnes à des fins punitives.
  2. Fin de la « dissuasion par la mort » – Toutes les activités visant à empêcher le sauvetage en mer doivent cesser. Les États méditerranéens doivent accepter de faciliter les initiatives visant à prévenir les pertes de vies humaines en mer.
  3. Frontières humaines – Les accords de contrôle des frontières entre l’Union européenne et d’autres pays, qui tolèrent que les réfugiés et autres migrants soient traités d’une manière qui viole leurs droits, doivent cesser.
  4. Justice et indemnisation – En cas d’accidents ou de décès d’un ou plusieurs migrants, une enquête doit être menées par une autorité judiciaire indépendante. Justice et compensation doivent être accordées aux victimes de tels préjudices.
  5. Routes sûres – Les États européens doivent coopérer avec les organisations internationales pertinentes pour permettre aux réfugiés d’atteindre et de s’établir en Europe par des moyens sûrs et réguliers, y compris des programmes de réinstallation parrainés par l’État et la communauté, le regroupement familial et des initiatives de mobilité de la main-d’œuvre.
  6. Pas d’externalisation – Les États ne doivent pas adopter une législation déshumanisante qui sous-traite ou externalise leurs obligations d’asile vers des États non européens.
  7. Réformer Frontex – L’agence européenne chargée des frontières, Frontex, doit être tenue pleinement responsable et être transparente dans ses activités et ses méthodes de reporting.

L’ensemble de ces demandes seront transmises aux dirigeants de tous les États européens, aux hauts fonctionnaires de l’UE et aux organisations internationales telles que le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). Au cours des semaines et des mois à venir, les organisations impliquées dans la campagne entreprendront diverses activités de plaidoyer au niveau national, destinées à mobiliser le soutien des parlementaires, des leaders d’opinion, des organisations communautaires et confessionnelles, ainsi que du grand public.

Toutes les informations sur : https://www.against-inhumanity.org/campaigns/stop-the-inhumanity-at-europes-borders/

unnamed

 

Contacts presse

Capucine Brochier
Courriel : [email protected]
Langues : français et anglais

Jean-Baptiste Richardier
Courriel : [email protected]
Langues : français et anglais

Antonio Donini
Courriel : [email protected]
Langues : anglais, français et italien

Jeff Crisp
Courriel : [email protected]
X : @JFCrisp
Langue : anglais

Pour joindre le Comité d’organisation : [email protected]

Sur le même thème :

Tribune – Coupe budgétaire sur l’APD : Action Education se mobilise

Droits de l'enfant

Action Education est signataire de la tribune de Coordination Sud publiée dans le Monde ce 27 février 2024. Le texte, signé par plus de 100 organisations, dénonce la décision du gouvernement français de couper l’aide publique au développement (APD) de 742 millions d’euros. Une décision en contradiction avec les engagements de la France et les principes de solidarité internationale.

Lire la suite

2023 en images

Les faibles niveaux d'alphabétisation des enfants vivant dans les zones montagneuses isolées sont attribués aux taux élevés d'abandon scolaire parmi les enfants des tribus, qui ont des difficultés à comprendre la langue d'enseignement, qui est le telugu. District de Vizianagaram, Andhra Pradesh, Inde, 2023. © Chandra Kiran

Face à des crises qui perdurent et qui touchent durement les plus vulnérables, Action Education a intensifié ses efforts. Découvrez l’année 2023 à travers ces trois catégories : accès et qualité de l’éducation, éducation à la petite enfance, éducation des jeunes et des adultes. Des images qui témoignent de notre détermination à surmonter les obstacles pour un monde où l'éducation est accessible à chacun.

Lire la suite

Les projets liés :

fr_FR