8 mars : l’éducation des filles et des femmes, une priorité aujourd’hui et chaque jour

Découvrez comment l’association Action Education s’engage pour garantir l’accès à une éducation de qualité pour les filles et les femmes à travers le monde et lutter contre les inégalités de genre et promeut leur émancipation sociale et économique.

 

8 mars : l’éducation des filles, l’une des clés pour un avenir égalitaire et équitable

Le 8 mars est bien plus qu’une simple date sur le calendrier. Il s’agit d’une journée mondiale dédiée à la lutte contre les inégalités persistantes auxquelles les femmes sont confrontées et à l’appel à l’action pour l’égalité des genres et à la célébration de leurs réalisations.

Dans un monde où les femmes représentent plus de la moitié de la population, il est impératif de reconnaître et de remédier aux injustices et aux inégalités auxquelles elles sont encore confrontées, en particulier dans les pays les moins développés. Malgré des décennies de lutte et de mobilisation pour les droits des femmes, de nombreuses femmes continuent de faire face à des discriminations et à des inégalités de genre à tous les stades de leur vie. Leur droit à la vie, à l’identité, à l’éducation, à la santé, à l’emploi et à la participation à la prise de décision est souvent bafoué. L’accès à l’éducation est l’un des domaines les plus touchés, avec 129 millions de jeunes filles privées d’éducation et 515 millions de femmes analphabètes dans le monde. 

Accès à l’éducation préscolaire, arme essentielle contre les inégalités

Une des clés de cet avenir égalitaire et équitable réside dans la garantie des droits fondamentaux des filles dès leur naissance. L’enregistrement à l’état civil est crucial pour assurer leur existence juridique et leur accès à des droits tels que l’éducation et la santé. 

  • Action Education travaille activement dans des pays comme le Burkina Faso pour remédier à cette situation, en accompagnant la mairie pour l’établissement d’actes de naissance des élèves non enregistrés.
  • Action Education s’engage dans des initiatives visant à améliorer cet environnement, notamment au Vietnam, par le réaménagement des écoles maternelles dans des zones reculées, offrant ainsi un environnement favorable à l’apprentissage des jeunes filles de moins de 8 ans, ainsi que la sensibilisation des parents sur l’importance de l’éducation préscolaire. En investissant dans des programmes de qualité dès le plus jeune âge, leur droit à l’éducation est garanti sur des bases solides.
Présentation des actes de naissance par les élèves accompagnés, commune de Ouagadougou.

Présentation des actes de naissance par les élèves accompagnés, commune de Ouagadougou. Action Education Burkina Faso, 2020

Lutter contre les interruptions dans le parcours scolaire

Au niveau primaire et secondaire, il est crucial de garantir un environnement d’apprentissage sûr et inclusif pour les jeunes filles, en luttant contre les violences basées sur le genre et en assurant la gratuité de la scolarité. 

  • Action Education intervient directement dans les communautés pour sensibiliser sur ces questions et permettre aux filles vulnérables d’être soutenues.
  • Action Education investit également dans la construction de toilettes adaptées aux besoins des filles. Dans de nombreuses régions, le manque d’installations sanitaires appropriées constitue un obstacle majeur à la présence régulière des filles à l’école, en particulier pendant leurs menstruations. En fournissant des toilettes sexo-spécifiques, cela favorise la création d’un environnement sûr et hygiénique, favorisant ainsi la participation continue des filles à leur éducation. L’accès à une éducation complète aux droits sexuels et reproductifs est également essentiel pour l’autonomisation des filles et la prévention des grossesses précoces et des mariages forcés.
  • Action Education propose dans le cadre de ses programmes une  éducation à l’hygiène menstruelle pour leur permettre de comprendre leur  leur cycle menstruel et d’avoir accès à des produits d’hygiène et de protection.
Calavi, école Houinmin, janvier 2023, Sylvie HINSON

Calavi, école Houinmin, janvier 2023, Sylvie HINSON

 

Soutien aux filles les plus vulnérables

Dans de nombreuses régions du monde, les mariages précoces, souvent motivés par des contraintes économiques et l’absence d’opportunités éducatives, sont une violation des  droits fondamentaux des jeunes filles. Elles ont par ailleurs un impact sur le développement global des pays concernés. En Inde, par exemple,  près de 16% des adolescentes sont mariées avant l’âge légal. Cette pratique prive les jeunes filles de leurs droits fondamentaux et de toute autonomie/émancipation. 

Action Education sensibilise les familles et les communautés aux conséquences néfastes des mariages précoces et à l’importance des études pour les jeunes filles pendant leurs études, tout en proposant un accompagnement concret aux jeunes filles les plus à risque.

Formation professionnelle et insertion socio-professionnelle des femmes

Action Education étend également l’accès des femmes à l’enseignement supérieur et à la formation professionnelle, offrant ainsi des possibilités d’autonomisation économique. 

À titre d’exemple significatif, en Inde, à travers le projet iLEAD, la mise en place d’une formation pratique dans plus de 40 métiers en Inde permet à des milliers de jeunes femmes de trouver un emploi stable. Ces succès individuels, comme celui de Satarupa, propriétaire de son garage après sa formation en mécanique automobile, témoignent de l’importance de l’acquisition de compétences techniques (alphabétisation et savoir-faire technique), le renforcement du savoir-être, le développement du leadership, l’initiation à l’entrepreneuriat, etc. 

YouTube video

L’accès à l’éducation pendant les périodes de crise

Pendant les périodes de crise, qu’elles soient sanitaires, sécuritaires ou économiques, les femmes et les filles sont les premières victimes, exposées à des violences domestiques et sexuelles accrues ainsi qu’au risque de mariage forcé. Action Education reconnaît l’éducation comme un rempart essentiel contre ces violences et les inégalités économiques qui touchent particulièrement les femmes et les filles en ces moments critiques. 

Un exemple probant est le projet SCOLFILLE au Burkina Faso, où la crise sécuritaire a entraîné la fermeture ou la destruction de milliers d’écoles, et le déplacement massif de populations, dont une grande partie est composée d’enfants. Grâce à ce projet, les filles en âge scolaire sont inscrites en classe de CP, celles à risque d’abandon sont accompagnées , tandis que les filles plus âgées ou déscolarisées intègrent des classes accélérées regroupant les trois premières années du cycle primaire sur neuf mois. Les frais de scolarité et les fournitures sont pris en charge, et les programmes de cantines scolaires sont améliorés pour garantir une alimentation adéquate aux enfants. 

Le projet impacte directement  plus de 2800 enfants et adultes, dont 2000 filles, ainsi que la formation de 180 enseignants et l’accompagnement de 630 membres de la communauté impliqués dans la gestion des écoles. 

Filles au centre SSAP de Sapouy secteur 4, Burkina Faso.

Pafadnam Hadji non scolarisée, inscrite au centre SSAP de Sapouy secteur 4, Burkina Faso, janvier 2023, Dramane Sessouma

 

Implication des communautés et des acteurs locaux et sensibilisation à l’égalité des genres

En dialoguant avec les communautés et leurs représentants, il est possible de  modifier les comportements et de faire reculer l’influence de la société patriarcale, permettant ainsi de surmonter les normes socio-culturelles sexistes qui entravent encore l’accès à l’éducation des filles et des femmes. Action Education reconnaît que la participation des filles et des femmes aux discussions et aux prises de décision est indispensable pour la garantie de leur droit fondamental. 

Dans le cadre de notre projet au Bénin visant à soutenir l’enseignement secondaire, nous avons mis en place des « Boîtes à suggestions » anonymes, permettant aux jeunes filles de s’exprimer librement sur les problématiques auxquelles elles sont confrontées, telles que le harcèlement ou les violences. Ces suggestions sont discutées publiquement et des solutions sont adoptées collectivement, renforçant ainsi le sentiment d’appartenance et la confiance en soi des filles. Les résultats concrets de ce projet sont tangibles, avec une baisse significative des taux de redoublement et une diminution des cas de grossesses chez les adolescentes. 

Par ailleurs, Action Education s’engage également dans des initiatives de sensibilisation au niveau communautaire, notamment en Inde, où les normes socio-culturelles sexistes continuent de compromettre l’accès à l’éducation des filles et des femmes. 

À travers notre projet Enlight, nous sensibilisons les parents à l’importance de l’éducation des filles et renforçons les capacités des enseignants pour promouvoir une pédagogie innovante et inclusive. Nous favorisons également la participation de toute la communauté dans la gouvernance de l’éducation, afin de créer un environnement propice à l’épanouissement de chacun. Ces efforts ont un impact direct sur plus de 2500 jeunes filles dans neuf villes indiennes, les encourageant à poursuivre leurs études et à aspirer à des objectifs ambitieux, comme en témoigne Kavinila, une élève de 5ème déterminée à devenir avocate pour soutenir les femmes dans le besoin.

Jeune fille - Projet Enlight à Chennai

Projet Enlight à Chennai, octobre 2022, Chandra Kiran

 

Pour en savoir plus : 

Sur le même thème :

Les projets liés :

fr_FR